31 mars 2006

Londres, 1943

Londres, 1943, la 2e guerre mondiale a envahit l'Europe.
Mais survit encore un café-bar, où des disques des années 30 passent en boucle, les gens retrouvent  le sourire quelques heures, le soir.
Une jeune femme de 21 ans y chante tous les jours, la seule qui reste et se maintient dans cette ancien cabaret. Elle est jolie, et les hommes qui viennent la voir, la regarde comme un rêve, l'espoir des Hommes.
Elle est brune et fraiche par sa peau, elle éclaire tous les coeurs des visiteurs, ils la surnomment " Moonlight", mais son veritable prénom est
Julianna; elle est de mère française dont sa beauté avait fait flanchir le coeur de son père anglais.
C'est grace a cette double nationnalité qu'elle a pu échapper à l'occupation allemande en France.
Depuis son arrivée, il y a trois ans, elle habite dans une chambre qu'elle loue à une famille anglaise, ce sont des gens tres gentils, ils connaissaient son père; mais lui était deja bien loin avec sa mere, en effet ils avaient péri dans un accident d'autobus, tout avait pris feu, laissant les gens pris au piege de cet incendie, rare sont ceux qui ont pu en sortir en vie.
Malgré cela Julianna avait continué de travailler dans une boulangerie de son village " Au pain chaud" et puis la guerre avait éclaté et elle avait fuit en emportant presque rien de sa vie française.
Ainsi se resumait sa vie, et là, elle monte sur scène, le piano a queue noir démarre l'introduction, toute la salle à les yeux rivés sur cette charmante jeune femme habillée d'une robe rouge en velour; déjà trois ans qu'elle fait cela chaque soir, quand les bombardements le permettent, et le trac est toujours là, sa voix resonne dans toute la salle, mais aussi dans tous les coeurs blessés par la guerre, l'espace d'une chanson, on ne pense plus.
La musique s'arrete pour laisser place aux applaudissements, et surprise de voir a ses pieds une rose rouge, qu'il est rare d'en recevoir, l'été approche.
Elle descend les marches et part se changer car à present, elle part en salle pour le service. Elle entend une nouvelle musique débuter, et un leger sourire apparait ,sur ses jolies levres, ainsi qu'une masse de souvenirs; "Si tu n'était pas là" une chanson que sa mère chantait presque tous les jours durant une année, et que mon père chantonnait avec son petit accent anglais; marquée a jamais par ce couple d'amoureux toujours jeune même avec l'âge.
Et le temps reprend.
Ainsi elle commence son service, apres un long soupir.
Puis un homme, un français, qu'elle reconnaît par son accenr, lui demande son prénom. A ce moment là, le temps semble se suspendre et elle balbuta pour finalement lui repondre, en français, avec un regard toujours plein de tendresse mais pétrifié par le charme que degage ce jeune homme.
Il fût surpris qu'elle soit française et il continua à lui parler, et puis soudainement il lui proposa de danser. Elle accepta, malgré l'interdiction de son patron, mais c'était plus fort qu'elle, elle n'avait pas danser avec quelqu'un depuis une éternité. Pendant quelques minutes, elle ressent le plaisir d'être enlacée et regardée par un homme, le son de sa voix dans le creux de l'oreille la rassure et l'appaise. Puis la musique s'arrete et le rêve disparait peu a peu, mais elle reste dans un état second, il s'inquiete pour elle mais elle lui assure que tout va bien.
Et le temps reprend.
La porte indique désormais "CLOSED" jusqu'à demain soir, s'il y en existera un.
Julianna part s'endormir mais rêve déjà. L'impatience et l'angoisse la gagnent, et demain...
Et le temps reprend.
La porte indique "OPENED" mais l'inconnu ne se présente plus, ni le soir suivant, ni aucun autre soir.
Julianna part s'endormir mais elle ne rêve plus. La tristesse et la solitude la gagnent et demain...
Elle ne va pas jusqu'à demain, un bombardement éclate et elle va se précipiter dans la cave pour s'y refugier, devoir y rester des heures dans la peur, et le desespoir.

Posté par jane_muse à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Londres, 1943

Nouveau commentaire